La pratique

Cette page vous donne les informations pour débuter le Gouren dans un skol dans un esprit de convivialité et de qualité de la pratique.
La pratique du Gouren peut débuter dès 4 ans, dès qu'une section Babigouren existe sur un Skol. La pratique est mixte. Nous distinguons généralement les classes d'âge suivantes :
  • Babigouren : 4 à 6 ans environ
  • Gouren Jeunes : 6 à 12 ans
  • Gouren Ados : 12 - 16 ans
  • Gouren Adultes : + de 16 ans.

Pourquoi fréquenter régulièrement un skol ?

Le Gouren est principalement pratiqué en entraînement et entretien. Les lutteurs luttent dans leurs clubs et se rencontrent en entraînement inter-skol. Dès 9/10 ans, des rencontres sportives peuvent avoir lieu. L'enfant y participe s'il le désire seulement. La compétition peut avoir un effet de motivation, selon la personnalité de l'enfant. Ces rencontres sont également l'occasion de se frotter à d'autres lutteurs et de diversifier son style de lutte. La majorité des jeunes pratiquera néanmoins le Gouren en apprentissage convivial dans leur skol et dans des démonstrations ludiques.

Quant aux adultes, jeunes et moins jeunes, les motivations sont diverses : entretien physique dans un cadre convivial et dans une vie sociale différente de la vie professionnelle, (la Fédération le qualifie de "gouren loisir"), passion, et, selon l'envie et la disponibilité de chacun, préparation aux rencontres sportives. Dans tous les cas, il s'agit de la pratique du Gouren.

Je débute, vais-je avoir le niveau ? Comment vais-je m'intégrer dans le skol ? Comment se déroule une année "type" ?

Pour les adultes

Comme tout sport d'engagement, le néophyte appréhende généralement le premier contact. Du fait de l'histoire du développement de notre sport, cette intégration dans le groupe est facilitée. Ici, dans le Gouren, en pratique adulte, nous n'avons pas à proprement parler de niveaux. Vous serez donc immédiatement intégré dans le groupe de lutte du skol. Nous n'avons pas non plus de "maître" qui enseigne au reste du groupe. Celui qui sait montre à celui qui ne sait pas. Chaque entraînement est néanmoins sous la conduite d'un initiateur ou d'un moniteur qui connaît la théorie des prises principales. Mais l'apprentissage se fait collectivement.

D'où nous vient cette pratique ? Avant la formalisation du Gouren, nous ne disposions pas de moniteurs ou d'initiateurs. Nous avons réussi à perpétuer ce sport culturel par la transmission orale de ses techniques, assumée par tous. Ce qui explique cet héritage d'un apprentissage partagé, égalitaire et solidaire. Encore de nos jours, 99 % des entraînements sont coordonnés par des bénévoles qui ont suivi nos formations internes (cf. infra). Nous ne disposons que de 5 permanents salariés, qui permettent d'assurer en semaine des cycles gouren en écoles, ainsi que d'appuyer les nouveaux skolioù, ou de nouvelles options en Gouren jeune ou Babigouren.

Une autre conséquence de ce mode de transmission des connaissances du gouren sera le déroulement d'une année type : chaque année suit le même cycle : apprentissage et réapprentissage de l'ensemble des prises de base par tout le groupe, en commençant par les plus simples et en allant vers les plus complexes. Si vous êtes donc débutant, vous débuterez avec l'ensemble du groupe, en reprenant à "0" et vous connaîtrez en fin d'année l'ensemble des prises de base du Gouren. Si vous êtes un pratiquant confirmé, vous aiderez les nouveaux pratiquants dans cet apprentissage, vous travaillerez en perfectionnement des prises de bases, apprentissage des variantes, enchaînements, et en combat, tout au long de l'année. Vers le mois de Janvier vont commencer les premières rencontres sportives. Celles-ci sont organisées par catégories d'expérience (débutant et autres) et par catégories de poids. En tant que néophytes, vous vous confronterez à des niveaux de difficulté progressive.

Pour les jeunes

 

La pratique des jeunes et des babigouren est bien-sûr plus encadrée en matière d'apprentissage. Les bénévoles qui encadrent ces cours sont diplômés de la fédération de Gouren. Les permanents salariés sont quant à eux diplômés du brevet d'Etat en lutte.



Au fur et à mesure que l'année se déroule, nous mettons les jeunes (6 - 12 ans) en autonomie. Nous leur confions la conduite de l'échauffement et nous les associons à l'explication des prises. Les jeunes confirment leur apprentissage par le passage de "rannig", correspondants aux différents niveaux de ceintures dans d'autres arts martiaux (cf. infra).

En savoir plus :

  • La pratique expliquée sur le site de la Fédération de Gouren

Voir Lutter en toute loyauté | Voir Le serment


Comment se passe un entraînement type ?

Pour les adultes et les ados Un entraînement type débute par un échauffement qui lui même a deux composantes :
  • une composante de montée en puissance progressive cardiaque et musculaire
  • une composante d'échauffement articulaire (toutes les articulations sont échauffées, de la nuque aux orteils).
Cet échauffement est aussi l'occasion d'un travail de musculation et de remise en forme progressive. Il va être suivi d'une phase d'apprentissage des techniques. Celles-ci sont apprises avec des tapis de chute, en plus des tapis de la salle de lutte. Les techniques apprises sont ensuite mises en pratique avec des combats souples. Enfin, un entraînement se termine par une série de combats et une séance d'étirements. Pour les jeunes Les entraînements suivent le même déroulement adapté au physique des enfants. Pour les plus jeunes et les babigouren, les jeux collectifs sont utilisés pour conduire progressivement l'enfant vers un apprentissage de l'écoute, de l'équilibre et de la volonté : jeux de défense de cercle, balles aux prisonniers, jeux de retournement, etc.. Au fur et à mesure et suivant les âges, nous commençons un apprentissage des prises et des techniques : pour les babys, les jeux sont privilégiés, pour faciliter l'éveil corporel et le développement psychomoteur. Pour les jeunes, les phases de jeu s'estompent progressivement et l'apprentissage des techniques débute. Pour les jeunes comme pour les babigs, une séance d'entraînement se termine par une phase de relaxation, pour que l'enfant quitte le cours calme.

Apprendre les techniques, confirmer son apprentissage.

Pour les enfants et les jeunes La Fédération de Gouren a mis en place un système de niveaux de difficultés techniques, les rannigs, équivalent aux "ceintures" des autres arts martiaux. A chaque niveau correspond la maîtrise de deux prises. Leur passage permet de soutenir, motiver et confirmer l'apprentissage des enfants. Une fois l'examen passé, si succès, l'enfant reçoit un badge de couleur correspondant à son niveau (le badge est cousu sur la Roched). Pour les adultes Les adultes peuvent aussi passer les rannigs. Lorsqu'ils veulent passer des diplômes internes de la Fédération de Gouren, il est nécessaire de valider des rannigs.

Des bénévoles "professionnels"

Les bénévoles qui encadrent la pratique doivent se former. La Fédération de Gouren a développé des cycles de formation adaptés à chaque niveau (initiateur, moniteur, arbitre). Cet investissement dans la formation de formateur est essentiel pour assurer la continuité de la pratique de notre sport, basée essentiellement sur l'encadrement bénévole. Cette formation interne fut aussi le gage de la structuration du Gouren et de sa reconnaissance au plus haut niveau comme pratique sportive de qualité et professionnelle. Les moniteurs de la Fédération peuvent accéder à l'examen du BEES, brevet d'Etat délivré par le Ministère.

Les rencontres sportives

L'hiver Les rencontres sportives débutent en général en Janvier. Elles se déroulent en intérieur sur des tapis de lutte (Palenn) L'été En été, les rencontres se font en extérieur sur sciure de bois. La sciure a un pouvoir d'amortissement supérieur aux tapis de chute.

Inscription : Licence et assurances

Le prix que vous paierez va varier d'un skol à l'autre. Il comprend l'adhésion, l'accès aux salles (différent suivant les skolioù), l'assurance et la licence fédérale. Une fois votre inscription réalisée, vous pourrez pratiquer le Gouren dans n'importe quel skol, même si ce n'est pas le skol où vous vous êtes inscrits. Il est généralement admis que votre inscription soit faite dans le skol de pratique régulière.

La tenue

Deux éléments composent la tenue du lutteur :
  • la Roched : chemise blanche de toile forte, fermée sur le devant, à manches courtes. Une ceinture est associée, dans un passant cousu à la taille. Le badge est cousu sur le côté gauche. Par défaut, le bord du badge est rouge. Si le pratiquant dispose de diplômes de formateur ou de rannig, il peut coudre le badge de la couleur correspondante.
  • Les Bragoù : pantalon noir en toile. Les jambes se lacent sous les genoux.
Pour les jeunes enfants et les débutants, les skolioù disposent généralement de Rochedoù de prêt. Les conditions doivent être vues auprès de chaque Skol.

Où pratiquer ?

vous trouverez ici la carte interactive de l'ensemble des clubs de Bretagne (site de la Fédération de Gouren)